CVT_LAge-de-la-Lumiere_871Ce roman très dense se concentre principalement sur la période parisienne de Lee Miller. Née en 1907 aux États-Unis, Lee a un parcours personnel marqué par l'inceste qu'elle subit à l'âge de 7 ans. Quant à son parcours professionnel, il alterne devant et derrière l'objectif. Whitney Scharer expose, en façade, la relation amoureuse entre Lee Miller et Man Ray, mais pose également la question de la reconnaissance des femmes dans le milieu artistique en toile de fond. De 1929 à 1932, Lee Miller fréquente le célèbre photographe Man Ray auprès duquel elle va acquérir des connaissances techniques et s'émanciper malgré les apparences. Elle est à la fois le modèle et l'assistante du photographe, mais bénéficie de ses relations amicales qui lui permettront de gagner correctement sa vie. L'auteure recrée l'ambiance de l'époque, ses fêtes, le cercle des surréalistes, tout en ponctuant son récit de détails techniques de manière à donner l'impression au lecteur qu'il assiste à la séance de pose. Des chapitres courts digressifs offre une autre facette de Lee Miller, reporter pour le magazine "Vogue" pendant la seconde guerre mondiale. Ces projections donnent du poids au travail de la photographe cantonnée à la mode ou à sa relation avec Man Ray, et la rapproche indéniablement de Gerda Taro dont on sait à présent qu'elle est l'auteure de clichés attribués à Frank Cappa. Whitney Scharer romance, certes, mais s'inspire directement de la biographie de Lee, comme elle l'indique elle-même à la fin de l'ouvrage. C'est par conséquent un travail de recherche et de réécriture important pour redonner sa part de lumière à Lee Miller sans cacher sa part d'ombre. J'ajouterais enfin que la couverture est absolument splendide et illustre parfaitement le roman.

 

Whitney Scharer, L'Âge de la lumière, éditions de l'Observatoire, 2019.