Art, femmes et Italie

17 septembre 2017

Cycle de cours : "Tweeter Dante"

Objectif : Aborder la littérature italienne de manière différente, moins classique, sortir des sentiers battus en s'appuyant sur des vidéos, des tableaux et des lectures de textes en français

 Contenu :

- Moyen-âge : Dante/Boccace

- Les poétesses XVI-XVII

- Les biographies d'artistes

- Leopardi

- Le XIXème siècle : patriotisme féminin

- Les nouveaux auteurs

Dates : 9/10 ; 6/11 ; 20/11 ; 4/12 ; 18/12 ; 15/01

Lieu : Université permanente de Nantes (Chantiers Dubigeon)

http://www.up.univ-nantes.fr/

Posté par emilie_lh à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Cycle de cours : "L'art ô féminin"

Objectif : Dresser un panorama des femmes peintres et sculpteurs de l'Antiquité à nos jours en s'appuyant sur leurs biographies et leurs œuvres.

 Contenu :

- Genèse de l'art (Antiquité/Moyen-âge)

- Eclosion du pinceau (Renaissance)

- Artemisia Gentileschi

- Bologne, Cité des dames (femmes artistes à Bologne)

- Les pinceaux de Versailles

- Elisabeth Vigée Le brun

- Les femmes sculpteurs

- Les femmes impressionnistes

- Le siècle des "ismes"

- Frida Kahlo

- Le troisième sexe  : les modernes

- Working girls : les contemporaines

Dates : 9/10 ; 6/11 ; 20/11 ; 4/12 ; 18/12 ; 15/01 ; 29/01 ; 12/02 ; 12/03 ; 26/03 ; 9/04 ; 14/05

Lieu : Université permanente de Nantes (Chantiers Dubigeon)

http://www.up.univ-nantes.fr/

Posté par emilie_lh à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2017

Elles ont donné leur esprit à la science

L'association Mix-Cité 45 organise un colloque sur les "Femmes de sciences : quelles conquêtes? Quelle reconnaissance?" les jeudi 14 et vendredi 15 septembre. J'y interviendrai avec une communication portant sur les femmes de sciences à Bologne au siècle des Lumières.

index

 

Posté par emilie_lh à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2017

Velouté aux champignons...

les-proies-1_5885135

En pleine guerre de Sécession, un caporal nordiste échappe à un brasier et trouve refuge dans un pensionnat pour jeunes filles confédéré. Mais l'intrusion soudaine d'un mâle vient perturber la vie des huit femmes qu'abrite encore l'institution, huit recluses pétries de valeurs puritaines et de pulsions refoulées. Objet de tous les fantasmes, le soldat va s'employer à les incarner avec un art consommé de la manipulation, jusqu'à une nuit où tout bascule. Manipulation, séduction, machiavélisme seraient les mots-clés de ce huis clos psychologique diaboliquement remis au goût du jour par Sofia Coppola...Les Proies est à l'origine un roman écrit par le dramaturge américain Thomas Cullinan en 1966. Sofia Coppola y a ajouté une pincée de féminisme, juste ce qu'il faut parce que l'on est quand même en 2017 ! Quant au titre de mon post, je vous laisse le plaisir d'établir le lien en allant visionner le film !

Posté par emilie_lh à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2017

Mes petits bonheurs

Aujourd'hui est sorti le dernier livre d'Amélie Nothomb ; je profite donc du temps clément pour m'accorder une pause bien-être dans mon jardin. Tous les ingrédients pour passer un bon moment sont réunis : un banc, des coussins, un thé, LE livre du jour, le tout en pleine nature.

20170823_150431

20170823_150529

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous aussi capturez vos petits bonheurs et envoyez-les moi en cliquant sur "Contacter l'auteur"!

Posté par emilie_lh à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 août 2017

So british...

covers_333352

Liaisons étrangères est sans doute le roman le plus connu de la romancière américaine Alison Lurie. Paru en 1984, il a reçu le prix Pulitzer. Alison Lurie nous régale d’un cynisme visant la société contemporaine, établissant un parallèle entre les Américains modernes mais has been et les Anglais (plus particulièrement les Londoniens) guindés, rétrogrades et froids. Le milieu universitaire n’est pas épargné non plus sous sa plume, car les deux protagonistes n’en sont pas moins stéréotypés : le jeune beau intellectuel que toutes les femmes convoitent et la vieille fille coincée et maniérée. D’autres personnages gravitent autour des deux têtes d’affiche : une comédienne ratée, un couple routinier, un entrepreneur américain aux allures de vieux cow-boy… Ces personnages qui sembleraient à première vue très potaches sont en réalité très attachants ; ils tentent de dissimuler des failles qui ne tarderont pas à être percées à jour et c’est ce qui les rend humains. On rit, on s’indigne, on compatit, mais on ne reste pas insensible à cette parenthèse anglaise.

Posté par emilie_lh à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2017

Hommage à Jeanne Moreau

index

Notre mémoire ne flanchera pas, nous ne vous oublierons jamais...

Posté par emilie_lh à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2017

Global shopping paquebot : "La croisière s'amuse toujours"

L’article se propose d’analyser l’évolution esthétique, économique et sociale des paquebots – construction péri-urbaines flottantes – dans la continuité des centres commerciaux périphériques en s’appuyant sur une description technique d’un côté, en créant un pont entre technicité et domaine cinématographique/littéraire de l’autre.

 

En ligne : http://www.crini.univ-nantes.fr/e-crini/n-9/colloque-international-global-shopping-village-transformations-et-evolutions-des-espaces-urbains-periurbains-et-sociaux-en-europe--2048553.kjsp?RH=1498654312721

 

 

Posté par emilie_lh à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2017

Bonjour tristesse

 

images

Simone Veil n'est plus...mais le combat ne s'arrête pas là! Sans doute l'une des plus grandes figures politiques de ce siècle, Simone Veil est une femme de luttes, d'engagement pour la condition de la femme et pour autrui.

Nous saluons ici sa force, son courage et son charisme.

 

Posté par emilie_lh à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mise à nu

41wrKIlluML

Elena Stancanelli est née à Florence en 1965. Actrice et écrivaine, elle a déjà été primée pour son roman Benzina. Avec La femme nue (en lice pour le prix Strega), elle signe un roman sensible et poignant. L’écriture est acerbe, à vif comme cette femme trahie, abandonnée qui essaie à tout prix de s’extraire d’une mise en abyme imposée, violente, en s’entremettant dans la vie privée de son ex et de sa nouvelle amie. Elle espionne, tente de comprendre par le mimétisme tout en s’autodétruisant pour, au fond, mieux se reconstruire…. une sorte d’introspection détournée à travers le prisme d’une relation qui s’achève. On retrouve toute la poigne de l’écriture italienne contemporaine grâce à une traduction rondement menée.

Elena Stancanelli, La femme nue, Traduit de l'italien par Dominique Vittoz, Stock, 2017.

Posté par emilie_lh à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]