Art, femmes et Italie

22 novembre 2017

Calamity Jane, aventurière

De par son attitude considérée comme masculine à l’époque, Calamity Jane est sujette à controverse. Port du pantalon, cigarette, alcool, langage fleuri, la posture de cette femme est à la fois osée et courageuse, mais elle n’avait guère d’autre alternative dans le milieu incisif du Far West. Ce petit ouvrage richement illustré nous permet de découvrir le personnage par un dialogue instauré entre un petit garçon, Charles, et Calamity Jane elle-même. Scrupuleusement ordonnée par chapitres dont le titre résume une à une les étapes de la vie de Calamity, l’histoire suit le parcours et les aventures d’un personnage légendaire hors du commun de manière concise et interactive. Infirmière, aventurière et show-girl, Calamity Jane avait plus d’une corde à son arc et a su manœuvrer dans un milieu hostile et violent. La dernière page dédiée à la biographie de Calamity Jane se font rejoindre fiction et réalité, car d’elle on ne connaît au fond que très peu de choses. L’ouvrage a le mérite d’être soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication, ainsi que la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes et met en évidence la présence de femmes dans des milieux considérés comme exclusivement masculins. J’émettrais un seul bémol quant à l’âge conseillé pour ce livre (indiqué à partir de 6 ans), car les images et les propos me semblent plus adaptés à un public à partir de 10 ans. Je profite de l’occasion pour remercier Babelio et les Editions Amaterra pour ce livre reçu lors d’une masse critique.

Posté par emilie_lh à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 novembre 2017

Bologne, théâtre des femmes

La Bologne des XVIe et XVIIe  siècles est atypique à tout point de vue : politique parce que dépourvue de figure régnante par son statut de ville pontificale ; artistique avec l’entrée en scène de l’académie des Carrache ; social en ce sens que fêtes populaires et religieuses étaient soigneusement orchestrées par tous les acteurs de l’espace urbain ; philogyne car les femmes occupaient une place prépondérante dans tous les aspects culturels felsinéens. Sur les bancs universitaires, sur la place publique, dans les couvents, dans les ateliers ou les maisons patriciennes, les femmes ont joué un rôle dans le développement de la ville et de sa mise en valeur. Une « para-littérature », sorte de ramification féminine des Vies vasariennes, s’est tissée intra muros, avant de gagner la plume des écrivains-voyageurs français. Bologne sert de tremplin à la gent féminine, générant un attrait littéraire exogène et endogène. Quelles représentations de la ville sont affirmées et en quoi se différencient-t-elles des grands foyers culturels italiens de l’époque ? Quelle distanciation, sociale ou narrative, est exprimée ? L'article redéfinit le territoire bolonais au travers d’un proto-féminisme local.

 

Théâtralisation de l'espace urbain, sous la direction de Francesco D'Antonio et Myriam Chopin, 2017, Paris, Orizons Histoire, pp. 169-184.

Posté par emilie_lh à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pourquoi n'y a-t-il pas eu de grandes artistes femmes ?

C'est la question qu'a posée Linda Nochlin, historienne de l'art américaine et féministe, dans un essai pionnier en matière de women's studies. Linda Nochlin s'est éteinte ce 29 octobre. Elle a soulevé la question de la reconnaissance des femmes artistes ; son entreprise est louable et la relève est assurée.

001_Lauren-Purje_Title_Linda-Nochlin-720x817

Posté par emilie_lh à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2017

Sur l'île de Lesbos...

Sappho_1Poétesse, musicienne, politicienne…. La vie de Sappho est fragmentaire comme les écrits retrouvés. Son statut social, son implication politique, son orientation sexuelle, ses activités intellectuelles nous apparaissent telle une tapisserie que l’on tisse. Dans les Odes de Sappho, il est justement question de tissage : « Maman, je ne peux plus tisser : je suis terrassée de désir pour un garçon, à cause de la tendre Aphrodite ». Le sentiment amoureux serait source de perturbation et détournerait les jeunes filles de leur ouvrage, et par extension de leurs tâches domestiques. La virginité serait, en somme, un garde-fou de l’esprit. Artémis demanda à son père de lui offrir la virginité éternelle, ce à quoi il consentit : « Depuis, les dieux et les hommes lui donnent le titre de vierge chasseresse, et jamais l’amour ne vient la paralyser ». L’amour est par conséquent source de tourments et les obligations relatives au mariage une forme de stérilité intellectuelle.

Source : Sappho, Le Désir, traduit du grec et présenté par Frédérique Vervliet, Paris, Arléa, 2004.

Posté par emilie_lh à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2017

Girl power

Confortablement installée dans un fauteuil rouge pour assister à une séance de cinéma, je jauge la salle afin d’évaluer le faible nombre de spectateurs et surtout de constater la présence d’un seul et unique homme. C’est normal, j’ai pris une place pour « Numéro une », le dernier film de Tonie Marshall. Une femme qui parle d’une femme…et pas n’importe quelles femmes : une réalisatrice qui évoque le parcours d’une ingénieure briguant le poste de dirigeante d’une entreprise du CAC 40. Les inégalités sociales liées au sexe sont d’autant plus creusées dans les hautes sphères politiques, entrepreneuriales et intellectuelles, la misogynie y est également plus perfide. Emmanuelle Devos est remarquable de sobriété et dégage un charisme inouï pour ce rôle de femme de tête. Les faits ne sont pas réels, mais le contexte l’est et cela ne nous étonne malheureusement pas.

Qui-sont-femmes-entrepreneuses--F

Posté par emilie_lh à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 octobre 2017

Cow-boy et mère : Lettres à sa fille de Calamity Jane

800px-Calamity_janeLe personnage de Calamity Jane, auréolé de gloire à son époque, nous apparaît tantôt comme légendaire tantôt comme une femme éprise de liberté. Issue d’un milieu pauvre, Martha Canary de son vrai nom, adopta rapidement un profil masculin controversé à la fin du XIXe siècle. Cow-boy confirmé, éclaireur aguerri, elle fréquentait les saloons, ce qui ne l’empêchait pas de revêtir aussi des toilettes féminines et d’endosser le rôle d’infirmière. Les Lettres à sa fille (Payot et Rivages, 1997) cultivent les deux facettes masculine et féminine de Calamity Jane. Bien que déclarée fictive – Calamity Jane était a priori analphabète – cette correspondance à sens unique est particulièrement touchante sans tomber dans l’écueil du sentimentalisme exacerbé. Calamity Jane y recense les dures épreuves de sa vie, son activité professionnelle d’une part, les conditions de la naissance de sa fille Jane et les raisons du choix de son abandon d’autre part. Le renoncement à la maternité est avant tout physique et social, en aucun cas psychologique et affectif. Elle se livre sans filtre, donne des clés de compréhension à sa fille et lui affirme son amour sincère et sans faille. Elle dévoile même des recettes de grand-mère qu’elle souhaite transmettre à sa fille ! Ces lettres sont peut-être pure invention, mais elles font partie intégrante des rares documents bibliographiques dont nous disposons sur cette femme mythique de la conquête de l’Ouest et nous avons envie d’y croire.

Posté par emilie_lh à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2017

Octobre rose

La campagne "Connais tes citrons" a été largement diffusée sur le web et grâce aux "zestes" qui sauvent, des femmes ont pu détecter à temps un cancer du sein.

maxresdefault

Posté par emilie_lh à 13:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2017

Cycle de cours : "Tweeter Dante"

Objectif : Aborder la littérature italienne de manière différente, moins classique, sortir des sentiers battus en s'appuyant sur des vidéos, des tableaux et des lectures de textes en français

 Contenu :

- Moyen-âge : Dante/Boccace

- Les poétesses XVI-XVII

- Les biographies d'artistes

- Leopardi

- Le XIXème siècle : patriotisme féminin

- Les nouveaux auteurs

Dates : 9/10 ; 6/11 ; 20/11 ; 4/12 ; 18/12 ; 15/01

Lieu : Université permanente de Nantes (Chantiers Dubigeon)

http://www.up.univ-nantes.fr/

Posté par emilie_lh à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cycle de cours : "L'art ô féminin"

Objectif : Dresser un panorama des femmes peintres et sculpteurs de l'Antiquité à nos jours en s'appuyant sur leurs biographies et leurs œuvres.

 Contenu :

- Genèse de l'art (Antiquité/Moyen-âge)

- Eclosion du pinceau (Renaissance)

- Artemisia Gentileschi

- Bologne, Cité des dames (femmes artistes à Bologne)

- Les pinceaux de Versailles

- Elisabeth Vigée Le brun

- Les femmes sculpteurs

- Les femmes impressionnistes

- Le siècle des "ismes"

- Frida Kahlo

- Le troisième sexe  : les modernes

- Working girls : les contemporaines

Dates : 9/10 ; 6/11 ; 20/11 ; 4/12 ; 18/12 ; 15/01 ; 29/01 ; 12/02 ; 12/03 ; 26/03 ; 9/04 ; 14/05

Lieu : Université permanente de Nantes (Chantiers Dubigeon)

http://www.up.univ-nantes.fr/

Posté par emilie_lh à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2017

Elles ont donné leur esprit à la science

L'association Mix-Cité 45 organise un colloque sur les "Femmes de sciences : quelles conquêtes? Quelle reconnaissance?" les jeudi 14 et vendredi 15 septembre. J'y interviendrai avec une communication portant sur les femmes de sciences à Bologne au siècle des Lumières.

index

 

Posté par emilie_lh à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]